Projections et discussions
sur le thème du travail

En février

Le sel de la terre

Fiction d’Herbert Biberman, USA, 1954 (113′).

Seul film américain blacklisté par le macarthysme.

A partir du mardi 26 janvier sur votre ordinateur.

Le Sel de la terre présente l’histoire authentique de mineurs mexicano-américains de l’État du Nouveau-Mexique, aux États-Unis, luttant pour l’amélioration de leurs conditions de vie. Les deux revendications principales des grévistes sont l’égalité des salaires avec les ouvriers américains et la sauvegarde de la sécurité par la suppression du travail en solitaire.
Les épouses des mineurs souhaiteraient inscrire une revendication supplémentaire : la fourniture d’eau chaude courante dans les maisons louées par la compagnie.
L’histoire prend toutefois une tournure très différente lorsque les mineurs se voient interdire par un tribunal, se conformant aux dispositions de la loi Taft-Hartley, de poursuivre la grève. C’est alors que leurs épouses et leurs filles décident, non sans quelques difficultés (la plupart des mineurs y sont initialement opposés), de tenir les piquets de grève à leur place.

Réalisé par Herbert Biberman, pendant la période du maccarthysme, il a d’abord été mis sur une liste noire. Il devint ensuite un film culte.
Il est l’un des premiers longs métrages à promouvoir le point de vue du féminisme social et politique.
Ainsi, la lutte pour l’égalité des travailleurs se mue progressivement en lutte pour l’égalité des sexes. Et c’est bien là la grande réussite du Sel de la terre : sortir le « film de grève » du carcan viril et machiste.
Sans compter que la lutte des classes reste ici étroitement liée à la question du racisme et de l’impérialisme.